Entrer aux USA

Share

L’entrée aux États-Unis.

Alors voilà un gros morceau à maîtriser pour chauffeur transfrontalier. On ne sait jamais comment ça va se passer, les officiers des douanes ne se comportent pas de la même façon selon les endroits et les moments. Pour moi, le pire c’est l’entrée à Detroit (Michigan). C’est le plus gros poste de douane des États-Unis, le plus achalandé. J’ai pu des fois y passer sans même que le douanier ne daigne m’accorder un regard, et d’autres fois j’ai été traité presque comme un suspect, assailli de questions posées très brutalement… je m’attends presque dans ces cas-là à être retenu dans leurs bureaux pour enquête complémentaire ou bien je ne sais quoi.

Je sais, ils font leur travail et ils obéissent aux ordres. Mais quand même, cela n’empêche pas de se comporter courtoisement. Ils disent qu’ils sont le «visage de la nation», pour reprendre leurs propres termes. Je regrette, l’Américain moyen ne ressemble pas du tout à ça, heureusement.

Je ne veux pas critiquer gratuitement et je n’ai pas de ressentiment spécial contre ces officiers Américains, je parle simplement de mon vécu.  Qu’ils filtrent les entrées et surveillent ce qui est louche, c’est parfaitement normal. Mais leurs collègues Canadiens en font tout autant, sont d’aussi bons professionnels, sans pour autant se comporter se façon arrogante.

Les États-Unis sont un marché énorme, vital pour l’économie Canadienne. L’inverse n’est pas vrai. Peut-être certains douaniers se sentent-ils en position de supériorité pour cette raison, je ne sais pas. Toujours est-il qu’ils peuvent parfaitement interdire l’entrée à quiconque pour des raisons pas toujours évidentes à comprendre… et là c’est le drame pour le camionneur car c’est son gagne-pain qui est en jeu. Alors les usagers (moi y compris, ben oui) adoptent une attitude la plus respectueuse possible pour éviter de leur donner des motifs de sévir.

Quand ça se passe bien, en général deux questions reviennent: «Qu’avez-vous dans votre remorque?» et «Où allez-vous livrer?»… puis souvent aussi  «Êtes-vous seul?» et «Avez-vous des armes?» … et bien sûr, le classique «Rien à déclarer?». Normalement on ne peut pas entrer avec des légumes et viandes crus (comme provisions personnelles), sauf s’ils sont clairement étiquetés «made in USA». Ils recherchent le contact visuel, ce n’est pas une bonne idée d’avoir un regard fuyant.

Quand ça se passe plus difficilement, les questions peuvent être sur n’importe quel sujet: «Pourquoi avez-vous émigré au Canada ?» … «Quand avez-vous épousé votre femme?» … «Pourquoi faites-vous ce métier?» … «Pourquoi êtes-vous allé à Hong-Kong?» … Un jour l’un d’eux m’a même posé des questions sur Napoléon 1er !!! Mon anglais plutôt flageolant sur jambes n’a pas résisté et je n’ai vraiment plus rien compris de ce qu’il voulait, tellement c’était inattendu et hors sujet. Mais là, voyant ma tête incrédule il a senti qu’il allait trop loin, il n’a pas insisté. C’est ensuite, en conduisant, que j’ai réalisé qu’il voulait simplement faire étalage de sa culture. Moi, sur le moment je n’ai pas percuté bien sûr… la prochaine fois je répondrai que merci, Napoléon va bien et que je lui transmettrai son bonjour (du douanier) dès que je serai de retour à la maison :D

Systématiquement, lorsque je change d’employeur, ils veulent que je leur dise depuis quand et pourquoi. Le contrôle est plus serré pour les premiers passages, et ensuite on me pose moins de questions. Il m’est arrivé aussi quelques fois, d’avoir à présenter mon logbook à l’officier, ou bien d’avoir une inspection du camion ou du chargement. Tous les postes douaniers font le même travail bien sûr, cependant j’ai vu aussi que les agents des petits postes sont en général plus courtois et souriants que ceux travaillant dans les plus gros. Ce n’est évidemment pas une règle absolue, mais plutôt une tendance générale.

Bref, en conclusion, l’entrée aux USA n’est jamais une improvisation, je me prépare toujours soigneusement à répondre aux questions avant de me présenter.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>